Autriche et nature à perte de vue

 

Difficile de reprendre le fil après l’agitation de ces derniers jours, l’annonce des attaques de Bruxelles lorsque nous étions à Vienne nous a énormément bouleversé mais nous ne voulions pas réagir à chaud. Nous avons été inquiets pour nos proches et, une fois de plus scandalisés par la violence et la haine qui frappent ici et ailleurs.  Nos pensées vont évidemment aux victimes et à leurs proches.

Des situations aussi complexes n’auront jamais de réponses simples, nous pensons néanmoins que le repli identitaire et la haine de l’autre ne mèneront jamais à un climat favorable à la paix, ici comme ailleurs.

Nous continuons donc la route, le coeur gros, mais réconfortés par les rencontres merveilleuses qui ponctuent notre chemin.

L’Eurovélo 6 tient ses promesses, voici maintenant presqu’une dizaine de jours que nous suivons de près le Danube (notre plus long compagnon de voyage) pour traverser l’Europe jusqu’aux portes de la Turquie. Un itinéraire que nous conseillons à tous ceux désireux de rouler sur des bonnes routes, plates, et le tout dans un cadre bucolique.

Pour  plus d’informations sur son tracé :  via leur site

Arrivés tardivement à Linz, nous avons eu la chance de rencontrer Daniel et Vesela (encore une fois grâce à WS), un jeune couple ayant hébergé des dizaines de voyageurs au cours de ces dernières années. Que dire si ce n’est qu’une fois de plus nous avons été bluffé par leur sens de l’accueil et par la richesse des échanges. Nous avons eu droit à un petit déjeuner royal au matin qu’on regrette presque tous les jours depuis. Encore un tout grand merci Daniel et Vesela, on espère avoir la chance de vous revoir à l’occasion!

 

 

Le départ fut difficile et s’est la mort dans l’âme que nous les avons quittés tardivement le lendemain. Il nous restait encore quelques kilomètres à parcourir avant de rejoindre Noemi à Vienne.

 

DSC02723

Après deux jours de route dans un décor à couper le souffle (la nature y est omniprésente, en été ça doit être encore plus dingue), nous finissons par atteindre l’impériale capitale autrichienne. Sur le chemin nous avons rencontré plus de canards (dont certains plus exotiques que les classiques col-verts), oies, cygnes et rapaces de tous genres que nous pourrions dénombré. (On a vu un panneau mentionnant des castors dans un bras du Danube mais nous n’avons pas eu la chance de les apercevoir.)

Nous fûmes accueillis très chaleureusement par Noemi à Vienne. Ce fût pour Max une super occasion de revoir une bonne amie d’enfance et d’échanger, partager des anecdotes et bien rigoler autour de vieilles photos.

On a pris le temps de visiter l’imposant centre historique de Vienne, truffé d’édifices plus riches les uns que les autres.

On a vraiment apprécié passé du temps avec Noemi et sa colloque avec qui nous avons partagé de délicieux repas. (Ayant eu droit à des pizzas maisons, on s’est mis au fourneau pour leur concocter un bon petit plat.)

 

 

Nos impressions pour l’Autriche sont donc qu’il s’agit d’un pays riche, autour en patrimoine naturel qu’historique. Les infrastructures autour du Danube ont été pensées pour les cyclotouristes, sur la même lancée que l’Allemagne. Au vue du nombre de restaurants et autres « garden bar », fermés pour le moment, nous imaginons que cette route doit être énormément fréquentée en saison.

En tout cas pour les amateurs de vélo, de nature comme de bières, ce chemin vaut définitivement le détour!

DSC02724.JPG

Publicités