Le projet

Nous devons retravailler le texte mais voici une ébauche de la présentation de notre projet.

 

Nous avons prévu de parcourir environ 10 500km pour rejoindre Ürümqi (Chine) où nous prendrons un train pour rallier Astana, Moscou et enfin Varsovie et ensuite revenir à Bruxelles à vélo. (voir carte)

 

Ce voyage s’est lentement dessiné il y a quelques mois dans nos têtes pour finalement devenir une idée fixe à réaliser avant de passer à la suite. Voici quelques raisons qui m’ont poussé à imaginer ce périple :

 

– Je suis actuellement en pleine phase de remise en questions (pour ne pas dire crise existentielle). Mon engagement s’est construit au fil des dernières années et j’aimerais, à travers ce voyage introspectif, trouver une voie qui pourrait être la mienne pour participer à la création du monde de Demain. (dont certaines pistes sont abordées dans ce documentaire)

 

Pour ce faire, nous irons à la rencontre de personnes déjà impliquées dans ces alternatives porteuses d’avenir via le Transition Network ou encore le Global Ecovillage Network.

 

– Je souhaite aussi bouleverser ma conception du monde en m’ouvrant à d’autres cultures, en allant à la rencontre de l’autre. Raison pour laquelle nous logerons souvent chez l’habitant (même si nous prévoyons une tente pour être autonomes dans la nature). Des réseaux tels que Couchsurfing ou encore Warmshowers existent pour trouver facilement un toit dans les grandes villes. Pour le reste nous comptons sur notre bonne étoile et de francs sourires pour nous ouvrir des portes.

 

– Nous voulons partager une expérience humaine la plus enrichissante possible, n’étant pas linguistes pour un sous, ce voyage sera aussi l’occasion de sortir de notre zone de confort pour nous efforcer à apprendre les bases des langues dont nous aurons besoin.

 

Nous sommes également tous les deux musiciens, Max prendra sa flûte et moi quelques percussions portables. La musique nous semble l’outil idéal pour rompre la barrière de la langue et partager de merveilleux moments en compagnie de ceux qui croiseront notre route.

 

 

Nous monterons également un petit film à notre retour pour partager notre expérience au plus grand nombre.

 

 

Pourquoi à vélo ?

 

 

Les raisons qui nous ont amenés à préparer ce voyage sont multiples. Cela a évidemment commencé avec la passion commune du vélo, élément plutôt indispensable quand on s’apprête à parcourir quelques 12 000 kilomètres les fesses vissées sur une selle.

 

Le vélo nous est directement apparu comme le seul moyen de transport possible. Pour le côté sportif d’une part, du dépassement de soi-même. Mais également pour le côté humain, il y a une volonté de prendre le temps de prendre le temps. La destination finale n’important au final pas tellement, le voyage résidant dans le cheminement. (De nombreux articles font l’apologie du Slow Travel dans lequel notre optique s’inscrit.)

 

Puis il y a eu de plus en plus de récits de voyages similaires, des amis qui nous racontaient leurs aventures nourrissant le sentiment « je pourrais aussi le faire » pour arriver à « il faut que je le fasse ».

 

 

Toutes ces raisons font que l’idée a progressivement germé pour aboutir à un départ plus qu’imminent! (à savoir dans une grosse heure)

 

Publicités